Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 15km des Pichous, back home!

par JP Leclerc 12 Mars 2014, 15:28 Road Race

Le 15km des Pichous, back home!

Ma classique annuelle est déjà arrivée, ce qui annonce aussi que la belle saison approche ! On ne lâche pas malgré le manque de motivation sur le home trainer et l’humeur maussade de l’hiver.

J’ai donc pris la grande route vers Saguenay afin de participer au 15km de Pichous, une très vieille course de 45ans qui est en plus extrêmement rapide si Mme Météo est de notre bord. Pour ma copine et moi, cela nous fais voir notre coin et nos familles, tout en étant un bon premier test pour la nouvelle saison. Très tôt dans l’année, ça me donne un bon effort d’entrainement, mais aussi n’ayant pas coursé depuis 5 mois, me permet de reprendre de l’expérience de course et du stress qui vient avec.

 

  Ll’objectif de base est claire, je veux faire mieux que les années précédentes. En 2011, j’avais fait 59mins dans un blizzard complet, l’an passé en 55:24 malgré un arrêt dû à une crampe. Pour celle-là, je tenterai simplement de faire ce qui était le plan de 2013. J’ai évalué que j'ai dû perdre environ 45s à cause de ma défaillance, en ralentissant considérablement lorsque le side stich commença à me bugger, un arrêt complet de 15s avant de repartir tout croche et bien mollo avant que la crampe ne passe. Ce qui me donnerait un temps dans les 54:40 donc au pace moyen de 3:38/km. Étant présentement en bonne forme, je crois pouvoir faire ce temps, ou même mieux, car j’aurai Sacha à mes côtés qui pette le feu actuellement.

Je partirai donc sur ces bases, et tout dépendant de la météo et de ma forme du jour, on réajustera.

Petit trail run au Saguenay

Petit trail run au Saguenay

La météo est bonne, pas trop froide et principalement pas d’accumulation de neige au sol. Le vent ne sera pas un adversaire non plus, comme il n’est pas présent et dans notre dos anyway. Je me sens plutôt bien le matin, donc tout est là pour avoir une bonne course. Record de participation cette année avec environ 1100 marcheurs partis à 11h et 1033 coureurs qui décollent…MAINTENANT !

Ça part extrêmement vite, certains débutants en surrégime, mais la plupart sont de bons coureurs, car historiquement, les Pichous a toujours eu du gros calibre de partout dans la province. Je me faufile au travers de la masse et je me permets une petite accélération afin de mieux me positionner et pouvoir reprendre mon rythme. Je crois que le 1er Km est dans les 3:32 pour ensuite tomber sur le boulevard René-Levesque, où comme l’an passé, un vent de côtés vient rendre ça plus difficile et bien sûr plus froid. Sacha est juste derrière et on décide de s’accrocher à un bon groupe, de se blottir au milieu pour se cacher de ce vent. Rien ne sert de brûler des cartouches aussi tôt dans la course à se battre seul dans le vent. En plus, la moyenne est de 3:37/km donc right on target. Nous allons attendre de tourner le coin pour le loooong strech sur boul. Saguenay afin de pousser un peu. Au moment que l’on prend la droite sur le boulevard, le vent n’est plus et c’est presque chaud. Illico, nous décrochons le groupe pour tomber dans les 3:32-3:33/k. Je me sens bien, nous sommes 3 dons Sacha dans notre micro groupe. Je sens, après seulement quelques minutes, que les gars en remettent une couche et c’est trop tôt pour moi. Je ne veux pas prendre le risque de me blower avec moins de 5km de fait. Donc, je les regarde filer et je me retrouve complètement seul…ma tactique n’a pas fonctionné et je regrette de ne pas être resté avec le gros groupe. J’ai envie de ralentir et de les rejoindre, mais en même temps je me dis que j’ai peut-être une bonne journée et je vais m’essayer en solo.

À la marque des 5km je suis à 17:57 donc en 3:35/km, donc un peu trop vite, mais je ne me sens pas dans le rouge. Le parcours est plat pour les prochains 3km environ avant de commencer LA descente infernale de St-Jean-Eudes, qui doit faire prêt de 2km mais qui est violemment abrupte. L’endroit même où l’an passé tout a jammé! Je croyais que c’était l’eau que j’avais bue lors de cette descente qui m’avait causé me problèmes, mais semble-t-il que pas complètement, car encore cette année, je sens la crampe apparaître au même endroit. Trop apique, trop vite trop longtemps et trop lourd…ça ne marche pas avec moi et au lieu de gagner du temps dans cette étape, comme plusieurs coureurs à la carrure plus light, ça me rentre dedans à fond et je dois ralentir sur le champ si je ne veux pas devoir encore une fois faire un arrêt complet… Je suis très fâché de devoir lever le pied, je respire très profondément et j’applique une pression pour éviter le déclenchement de mon problème.

Enfin terminée, nous en sommes maintenant à 10km et j’ai sus contrôler la crampe, mais non sans perte de temps, car mon second 5km est complété en 18:21 (3:40/k) donc après 10km en 36:18, je suis quand même encore dans la game avec une vitesse moyenne de 3:37/km. Par contre, en bas de la bosse je me sens moins bien, moins à l’aise et je sens mon point et le chienne me pogne un peu. Deux coureurs me rattrapent ce qui me décourage un brin. Je suis clairement dans un creux et je vais utiliser les 2 gars pour finir ma course du mieux possible. Cette motivation durera 1km…déjà un des deux compétiteurs prend de l’avance. Je sile, l’air n’entre pas assez dans mes poumons et LÀ je suis extrêmement tanné. En plus, le gars avec qui je cours est sur le bord de mourir et fait un vacarme d’enfer. C’est extrêmement dérangent et je ne comprends pas tous ces cris et ces drôles de sons ?!? Je dois le décrocher tellement ça m’énerve, je n’arrive plus à me concentrer. En plus, s’il est dans un tel état, il ne suivra pas une petite attaque et je ferai une position de plus. Je pousse un peu malgré que je commence à être défoncé. Il y a deux sévères faux plats (à cette étape-là, je considère qu’ils sont sévères! Haha) qui viennent me mettre la claque finale. Je me donne pour en finir au plus vite, mais quand reprend le plat je manque totalement de gaz et j’imite une bouilloire. Je suis en mode de survie et je regrette mon 10km dans la forêt et mon 2100m avec des sprints de la veille…en même temps, j’aime devoir me battre avec des jambes entamées, ce qui recréer bien le feeling d’un 70.3. Je me fais rattraper par un jeune triathlète du Saguenay, ça me fait chier, mais je suis mort alors too bad, j’ai mal dosé et lui pas. Il prend une bonne avance.

Je prends le dernier petit virage pour apercevoir le cadran, pour un instant je me dis: je cruise jusqu’au finish peu importe le temps, mais subitement je sais que je vais être en furie si je n’atteins pas mon objectif. Je décolle un sprint de taré et je passe finalement sous les 55mins. Même que je suis à 3s de rattraper Mathieu, mais je ne le saurai que plus tard, car j’avais les yeux fixés au temps qui déferlait sur le cadran.

Je ne suis pas très heureux de comment j’ai géré ma course, surtout le dernier 5km en 18:36. Par contre, j’ai poussé malgré que j’avais pété solide, ce qui est une bonne pratique mentale et j’ai tout de même fait mon nouveau record perso aux Pichous en 54:54. Malgré que les wheels fell off the wagon comme on dit, j’ai maintenu 3:39/km qui est une barrière psychologique des 3:3X/km sur une distance de plus de 10km.

Un super bon niveau, la course se gagne en 46mins et mon temps me confère le 30ie rang sur les 1033 coureurs présents à ce bel évènement.

 

Bon entrainement, ç’a été dur, mais très certainement payant. Pour l’instant, j’ai les quads et les fessiers vraiment endoloris et j’ai déjà hâte au 10km de LaSalle.

Nom: Course des Pichous

Lieu: Saguenay, Qc, Can

Distance: 15km Temps: 54:54 (3:39/km)

Rang: 30/1033 overall

commentaires

Haut de page