Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ironman 140.6 Maryland, MD USA

par JP Leclerc 22 Septembre 2014, 18:12 Triathlon

Ironman 140.6 Maryland, MD USA

Déjà la dernière de la saison, mais non la moindre. Je termine en force (en tout cas je tenterai!) avec le full Ironman du Maryland. Après seulement un maigre deux semaines des Championnats du monde à Tremblant, ce qui est même pour moi et ma légendaire récupération surhumaine, très peu de temps. Disons que c’était le dernier travail et que jusque-là, ne me reste plus qu’à prendre du repos et sans oublier quelques activations.

 

Ca fais maintenant deux ans que je suis patient, sous les précieux conseils et la supervision de mon entraineur Bart Rolet. Deux ans que je veux me reprendre sur cette fameuse distance, car même si j’étais très mal en point à cette époque du à la maladie, je ne suis pas satisfait de mon résultat à Lake Placid en 2012. Ma préparation est encore très bonne cette saison, j’ai loggué les trainings et gagné en expérience car j’ai fait 5 demi-Iron, si tous les astres s’alignent je devrais avoir une bonne course.

 

Je reprends donc le chemin des US vers le pays des aigles, le Maryland. Je ne serai pas dépaysé comme j’y suis venu en juin pour le 70.3 Eagleman. Ce sera donc une course all flat, sans aucune bosse, à moi maintenant de bien gérer les efforts. Cette fois-ci contrairement à juin, je troque mon comparse poilu Charles Thibault, pour une sexy

fille nommée Sarah : Allo Sarah :)

 

Beau petit bib number AWA

Beau petit bib number AWA

 

Les objectifs sont clairement définis dans les trois sports, ce but est agressif et plutôt optimiste selon une météo idéale. Avec seulement 30 slots qualificatives pour Hawaï, même si j’ai la meilleure des journées il faut rester réaliste, je serai probablement un peu short. Peut-être que je serai plus chanceux via le roll down…on verra, car je suis d’abord là pour faire un retour, surtout gagner de l’expérience et même avec une moins bonne journée, cette course sera payante et en espérant mieux qu’à IMLP 2012.

 

Ne pas se fier aux apparences, j’ai envie de vomir!

Ne pas se fier aux apparences, j’ai envie de vomir!

Nage 3.8k

Durant la préparation du matin, je suis stressé au point d’avoir mal au cœur, mon déjeuner me tourne dans la bouche…

La nage consiste en à peu près deux bizarres boucles du parcours de Eagleman dans la ChopTank River, et le départ est du type self seeded. Ce qui veut dire que sur un span d’environ 10mins, vous décollez quand vous voulez. Drôle de façon de faire, mais au moins nous ne sommes pas contraint d’attendre notre vague de départ ou de passer dans la machine à laver des départs de masse.

Je me place dans le groupe des 1h00-1h10, après avoir été pris sans avancer entre les murs de béton, suivis de quelques coups de poings et plusieurs tasses d’eau salées, je suis super bien. Je me sens en forme et sur un effort de 70.3. L’eau est par moment pas mal agitée, mais j’ai déjà presque un tour de complété. Le deuxième lap est un peu étrange comme on ne doit pas revenir au point de départ, mais à la seconde bouée…j’ai encore une bonne vitesse et j’aperçois l’arche au loin. Je sens que je dois être right on sur mon 1h bas, j’en suis pas mal excité! Quand je sors vers T1 et que je vois 1h11, je suis déçu mais je sais que la distance était trop longue, car je connais mes ressentis sur la nage et clairement j’étais plus dans les 1h05 à 1h08 max. Mais bon, au moins cette étape est terminée. Petit coucou de ma copine, ca boost ma sortie vers le vélo, à en échapper une partie de ma nutrition.

 

Départ self-seeded dans l’enclot.

Départ self-seeded dans l’enclot.

Bike 180k

Je veux respecter à la lettre mon plan sur le vélo, ne pas m’emporter sur ce parcours rapide afin de mettre la table pour un bon marathon. Je suis à l’aise sur les longs efforts TT, alors si le vent ne fais pas trop de sienne, ça sera facile de contrôler ma course. L’absence de bosse fait qu’il est plus commode de prédire des temps et bien sûr, ne pas bruler de cartouche en s’énervant dans une montée. J’ai la chance d’avoir un set-up assez sweet gracieuseté de Falcon Wheels. Une Rampage (88mm) à l’avant et un disc wheel à l’arrière, le tout complètement neuf.

Contrairement aux prédictions météo, il fera très chaud finalement, mais quand tu roules vite c’est moins pire ;)

Commence alors le long effort de 180km contre-la-montre en solo dans les champs du Maryland. Pas de signes de mes étranges problèmes dans les fessiers?! Tant mieux, je ne m’en plains pas.

Le vent est présent sur certaines portions lors de la première boucle, mais tout de même pas SI pire. Je split la ride en boucles de 45km, ça me fais de petits objectifs et m’oblige à être attentif à mon allure. Premier 45k à 37km/h et 228w, tout vas bien, je suis crinké. Je me stretch le dos de temps à autre, je bois super souvent, mais j’échappe ma nutrition solide…oups!

Le second 45km sur le retour vers Cambridge est plus dur face au vent 36.7km/h-234w), mais je suis encore frais à entreprendre le second loop. Par contre, où quelques heures avant je roulais 40km/h, j’en roule maintenant 35 avec un wattage trop élevé, le vent c’est malheureusement levé.

Je me ferai rattraper par un beau gros train de tricheurs, à lequel je m’accrocherai derrière pour un bon moment, à distance légale bien sûr, afin de me donner un pace. Je les laisse filer car je refuse d’embarquer dans cette game de merde.

C’est un peu long comme type de parcours, un peu plate. Je crois que je préfèrerais quelques bosses finalement. Toujours les mêmes muscles sollicités et le dos en prend un coup aussi. Tout de même le prochain 45km est déjà terminé en 1:13:37 encore tout en contrôle. J’en garde pas mal sous la pédale, j’ai un peu peur du marathon.

J’avais comme objectif un sub 5h, 4h58 très exactement et max 235w de moyenne, mais la force que je puise dans les gros aigles qui volent partout me porte vers 4h52 soit 37km/h de moyenne à 231w. Je rentre en T2 12e du groupe, bien motivé, peut-être même un peu trop.

Power & Speed graph

Power & Speed graph

Course 42.2k

C’est parti pour L’ÉTAPE décisive, the big one, le marathon. Courir un marathon après autant d’heures d’effort est un peu mongol, mais tout comme moi ;).

J’attaque alors cette redoutée partie un peu vite et pas trop on pace, même si les sensations sont bonnes, même si ça me paraît lent, j’essaie de ralentir. J’ai comme une agressivité, comme si j’ai trop fait de 70.3 et que c’est automatiquement ce que j’applique. Après un moment je stabilise à 4:35/km car j’ai trois boucles de 14km à faire et la température me remets rapidement à l’ordre, surtout si je veux pouvoir finir fort ou du moins ne pas terminer comme un zombie.

Je dépasse bien des gars et je cours un bon 10km avec la première fille overall. Il fait chaud dans les quartiers et surtout dans les grands champs vides. Je boucle le lap 1 à 4:37/km ce qui donnerais un marathon en 3h15, donc sub 9h25 au final…yeah right, eille le cave il fait 30 degrés icitte!

Le parcours est cool par contre, beaucoup mieux qu’à Eagleman, abondamment de crowd au turn-around en plein cœur du petit downtown.

Dès le second tour, je diminue la vitesse un peu mais il est probablement déjà trop tard malgré que je consomme beaucoup dans les ravitos. P.S. la glace dans les calçons, efficace ;)

Je réajuste un peu le tire et me dis qu’un sub 3h30 sera vraiment bien, alors je tiens un moment le 4:55/km encore bon pour environ 9h35 total.

Ma Sarah est bien positionnée sur la course et je la vois beaucoup, en petit coq je redresse ma foulée :)

Quand je frappe le 22km, je frappe aussi le mur, musculaire à 100% car j’ai de l’énergie et du vouloir, mais les jambes flanchent grave. Pour le reste de ce tour, j’ai des bonnes patchs et aussitôt de moins bonnes…

En commençant le dernier, là ça ne vas plus, le moteur surchauffe et la panique prends aussi le dessus. Quand je croise Sarah, je serais prêt à stopper, je la touche et même si je suis en détresse, en 2 secondes elle me remonte aussitôt et j’ai envie de finir.

Pour le reste plus aucun temps n’existe, je marche aux aid stations, puis je marche ou stoppe pour étirer les crampes. Je me fâche et me pousse à ne jamais stopper de courir outre que dans les stations de ravitos. Bien ça fonctionne car mon mental me pousse et je  réussis, ce qui me fais avancer plus vite quand marchant.

Quand je repasse à moins de 2km du finish, à ce moment le corps shut down complètement. Même avec si peu de distance à faire, je n’avance plus et je dois prendre de grandes pauses pour pouvoir repartir à courir…non plutôt à shuffler. Un calvaire d’être impuissant si près du but.

Aucune façon de finir avec un petit kick avant l’arche, tous les muscles de mes jambes capotent de ce long marathon en 3h43.

Je terminerai au medical avec des crises de muscles rendus fous et ce jusque dans le coup.

Fringuant sur les premiers tours

Fringuant sur les premiers tours

Final

Bon maintenant ne me reste que deux options, être amèrement déçus de moi ou bien aussitôt en sortir le positif, alors je la joue Bart un peu et je vois le bon côté des choses.

 

L’objectif était d’abord et avant tout de prendre de l’expérience, bien j’en ai pris beaucoup et beaucoup !

 

De un, il faut respecter la distance, j’ai eu une belle petite remise à l’ordre à ce niveau.

 

La nage ne me fait plus peur du tout, même s’il y a encore place à amélioration. Après vérification nous aurions plus de 200m de trop, une bouée ayant p-e bougée avec les vagues. Je pense pouvoir tenir très proche du pace demi-Iron sur le full.

 

Pour le bike, je suis sur la bonne voie, et je pense être souvent sage et assez conservateur.

 

Par contre, je dois calmer le petit mustang et respecter le pace en course à pied! Sur Ironman, tout se joue sur la càp, la preuve est que je passe d’un finish en 9h24 à 9h52…

J’aurais dû ajuster à la hausse ma vitesse dès le départ en voyant la météo, grosse erreur, moi qui croyais avoir de l’expérience.

 

Exploser comme je l’ai fait et ne pas lâcher, je ne sais même pas comment j’ai fait, juste là je suis trop heureux.

 

Exploser comme je l’ai fait et terminer tout de même en 9h52, c’est géniale et plutôt encourageant pour le futur. Surtout si j’apporte les correctifs nécessaires.

 

Mise à part les crampes, mon niveau d’énergie et de moral sont super bon, je suis moins trasher que lors de mon premier où j’avais l’impression de mourir. Hahha Là je suis très bien.

 

Je termine alors 11e du groupe d’âge et j’étais 12e après le vélo, ça me dis que plusieurs mecs ont aussi petés grave dans la troisième étape du Ironman.

 

Je bats par le fait même de 1h mon temps à Lake Placid, douce revanche.

 

Course: Ironman 140.6 Maryland

Lieu: Cambridge, Maryland, Us

Date: 20 Septembre 2014

Distance: 140.6 (3.8k nage, 180k vélo, 42.2k course)

Temps: 9:52:48

Rang: 11/121 H30-34, 43/1452 OA

commentaires

Simon 23/09/2014 04:22

Goof job mate, sub 10... 2015 sub 9h15?

JP Leclerc 23/09/2014 04:30

Hahah merci. Mais je vais le prendre petite bouchée par petite bouchée. Gros respect de la distance disons ;)

Haut de page