Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

par JP Leclerc 11 Octobre 2016, 20:25 Test de produit

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Suite à mon texte d’introduction sur les pédaliers ovalisés (ICI), puis ayant pu rouler mon nouveau set-up Rotor sur plusieurs kilos et différents terrains, je fais maintenant une description des produits. J’ai la grande chance de rouler pour la saison 2016, les produits Rotor et croyants fermement en leur marchandises, nous sommes emballés de pouvoir compter depuis peu sur Rotor comme partenaire du Team Elite BartCoaching.

 

Je ferai une revue de produit le plus objectivement que possible, mais comme je dis souvent, si je n’aime pas le produit ou qu'il ne vaut pas la peine d'en parler, je ne fais simplement pas de revue, sponsor ou pas ;)

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Intro : Rotor

 

La compagnie Espagnole Rotor, basée à Madrid, œuvre dans le domaine depuis 1998, mais travaillent les prototypes depuis 1995 à l’école d’ingénierie aéronautique de Madrid.

 

Depuis 2005, ils jouent dans le plateau ovalisé. Maintenant Rotor proposent un concept de plateau ovale différent. La gamme est déclinée en deux offres différentes; Le Q-rings qui présente une ovalisation de 10 % (variation de +5% ou -5%), ce qui lui permet d’afficher un profil nettement moins radical. Ils sont adaptés aux coureurs fournissant une plus grande puissance moyenne (effort contre-la-montre par exemple). Aussi un avantage au moment du montage car le réglage du dérailleur avant peut présenter certaines difficultés.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Puis, les plateaux Q-XL présentent une ovalisation plus marquée de 16 %, ce qui les destine, selon Rotor, à une autre catégorie de cycliste plus puissants qui fourniront une haute intensité lors des sprints et des montées en danseuse. De même, ces derniers peuvent être durs à fitter lors du montage (possible frottement avec le dérailleur avant) puis de générer un bruit de chaîne important, des inconvénients que ne rencontrent pas les Q-rings.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Point commun entre les Rotor Q-rings et Q-XL, leur dispositif de réglage de l’angle de la manivelle par incréments de 5° et sur 5 positions. Une caractéristique qui permet de disposer de l’angle optimal d’inclinaison du plateau, lorsqu’il offre le rapport de vitesse maximum.

Ainsi, ces plateaux s’adaptent plus facilement aux différents profils de cyclistes, mais également aux types de pratiques, comme la course sur route ou le contre la montre.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Comme le veut la théorie, le passage des points morts serait effectivement facilité, et il semble que la fatigue musculaire soit réduite. Donc sur des évènements comme 70.3 et Ironman, de pouvoir enlever (ou du moins réduire) la micro-pause des temps morts sur le coup de pédale sur une aussi longue distance, peut avoir un grand impact et nous faire sauver quelques minutes au final. Puis si vraiment nous en sortons moins taxé, notre course à pied aura alors elle aussi un impact positif.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

En revanche, sur les gains de performances, les avis divergent. Par ailleurs, le feeling entre largement en ligne de compte. Ainsi, il faudra s’accorder un temps d’adaptation avant d’avoir le sentiment de pédaler naturellement, lorsque l’on passe d’un plateau rond à un plateau ovale (et inversement).  À savoir que ce temps d’adaptation est assez long avec les plateaux Osymetric et Ogival qui ont des formes beaucoup plus complexes et prononcées.

 

Avant de commencer, pour ceux qui ne connaissent pas les plateaux ovales et leurs impacts mécaniques et physiques, vous pouvez d’abord avoir plus de détails sur mon dernier billet; Les plateaux ovalisés.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Test 1 : Plateaux ovalisés Rotor Q-Rings TT 53T/39T

 

Ça faisait un bout de temps que le triathlète bébelleux en moi avait envie d’essayer ce type d’équipement. J’avais déjà lus sur leurs possibles avantages, et surtout vus les résultats de plusieurs grands cyclistes et top of the field triathlètes pros. J’étais donc assez confiant d’obtenir un résultat positif. Du moins j’étais très ouvert à donner une chance à ce type de technologie.

 

Pour commencer mon set-up, j’ai choisi le Q-Rings TT 53/39T. Je ne voulais pas y aller avec le Q-XL qui est encore plus prononcé, de peur que ça soit trop un gros choc. De toute façon, Rotor conseillent le Q-Rings TT pour le triathlon ou contre-la-montre. J’avais un plateau d’origine 52T/36T (52 dents sur le gros plateau, 36 sur le petit) sur mon Garneau TR1, ce qui n’étais définitivement pas assez pour moi, quoique bien pour grimper. J’upgrade en ratio et passe donc au ovale ;)

 

Le chainring est donc un model TT (Time Trial) conçu pour les efforts contre-la-montre ou triathlon, donc un effort plus constant que des sprints de la mort.

Il y a un gain aéro marginal du à sa shape très fine et fermée versus mon Shimano original. Ce qui créer le moins de résistance frontale que possible, donc #savewatts ;)

 

Ze Test

 

Quand j’ai vus les plates dans les boites la première fois chez Techno Cycle, j’étais impressionné de la forme, car sur photo ça me semblais beaucoup moins prononcée…J’en fus presque inquiet malgré que je n’ai rien dis à Pierre ;)

Une fois l’installation effectuée, qui d’ailleurs passait tout juste au niveau du dérailleur avant (warning pour mettre plus gros que 53 dents!), quand j’ai fait spinner le crankset, le mouvement vertical de la chaine est encore une fois venu me stresser. J’ai aussi trouvé que le son de chaine était plus intense, mais ça faisais bad ass et je savais que master Pierre avait posé le tout correctement.

Regardez le débattement de la chaine sur la vidéo…quand même!

Alors comme j’étais préparé à avoir un choc fulgurent, je fus plutôt surpris de ne pas me sentir si dépaysé et de tombé en convulsion sur le côté du à la secousse traumatique. Je trouvais que le tout était pas mal smooth et me donnait un coup de pédale plus rond (oui même si la plate est ovale!).

 

Donc, lors de ma première ride en moulinant vers le Circuit Gilles Villeneuve, CGV pour les intimes, je n’ai pas trouvé ça fucké du tout, voir même léger comme différence. J’ai donc essayé de pousser plus, pour voir si la vitesse et une cadence plus élevée pouvait avoir un impact sur la sensation de déformation et de débattement. Bien non, toujours rien de notoire jusqu’au moment où je me lève en danseuse pour effectuer un dépassement de bixie sur le canal Lachine…LÀ je sentis tout de suite qu’une fois arrivé en haut du mouvement de rotation, j’étais rapidement propulsé vers le bas! Vraiment un agréable feeling et qui risque d’être clairement un avantage lors de montée.

 

Pour le reste de mes premières rides, même à block, j’y étais déjà habitué et voir même à l’oublier. Pour sûr j’avais un agréable feeling de vitesse sur les intervalles, je me sentais puissant et efficace.

 

Il est difficile de quantifier un réel gain au niveau de la puissance, je ne sais donc pas si je roule réellement plus fort du à ça, ou si j’ai simplement une meilleure shape?! Finalement, j’aime beaucoup le feeling et je ne crois pas que qu’il me désavantage en tout cas.

Ce que je peux avancer est que j’ai refait un test CP20 en mai sur le Kickr afin de déterminer mon FTP, et que j’ai augmenté de 3% mon dernier réalisé seulement en Mars.

 

Par contre, j’y vus une différence énorme quand après quelques semaines j’ai roulé mon Marinoni à pédalier régulier (rond). Pendant un instant j’ai crus qu’il était brisé tellement je sentais un mouvement saccadé lors du coup de pédale…J’ai vite compris que sur plateaux rond, je sentais maintenant beaucoup mon point mort et ça donnait donc un coup! Il me fallut quelques 15-20mins pour reprendre un coup de pédale efficace.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Test 2 : Bras de pédalier (Crankarms) Rotor 3D+

 

Pour les bras de pédalier, j’ai opté pour le 3d+ non pas par préférence, car je regardais pour le 3D Flow qui serait juste un peu plus aéro (oui j’aime ça le top of the line bon!). Des manivelles de 165mm étant plus rare et non standard, j’ai été vers le 3D+ qui était dispo, car je tenais absolument à réduire la longueur. Lors de mon positionnement Retül, Geoff et Andy firent la recommandation de réduire mon bras de pédalier afin de passer de 170mm à 165mm. Le tout pour ouvrir un peu l’angle entre ma cuisse et mon tronc, lors du passage au haut du coup de pédale, pour dégager un peu mon mouvement et réduire le stress et la fatigue musculaire. Vous me direz : Moins grand bras de levier = moins de puissance! Oui, mais pour 5mm de différence et côtés confort, je n’ai qu’à augmenter un brin la cadence pour pallier à la perte marginale de puissance. Je crois que je verrai l’effet sur le long terme, dans le sens de : après 180 bornes sur IM par exemple ;)

 

Ze Test

 

La différence est tellement minime, qu’au feeling je n’ai absolument pas sentis, j’ai dû me rappeler que j’avais réduit la longueur et même là, je n’eus aucun effet placebo de ressentiment du tout. Pour ce qui est du côté aéro, il m’est encore difficile de quantifier mon gain, mais je fais confiance en leurs recherches et leurs tests ;)

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Test 3 : Capteur de puissance INpower

 

J’ai en plus pus changer mon capteur de puissance, car Rotor offrent maintenant le power meter intégré dans l’axe du pédalier : le INpower.

Il est installé du côté non-drive side, donc du côté gauche (opposé aux plateaux).

 

La calibration s’effectue une fois lors de la première utilisation, puis par la suite, hop directement sur le vélo et votre puissance sera sur votre head unit! J’adore car de devoir faire cette calibration avant chaque ride est vraiment pénible et lors de compétition impossible, donc il y a des chances d’avoir des valeurs un peu faussées.

 

Fait plutôt surprenant à première vue, est l’utilisation d’une batterie AA, contrairement à une batterie CR (genre batterie de montre) chez plusieurs concurrents. Selon eux, oui plus lourd (bon plutôt des poussières), mais beaucoup plus facile de trouver une AA on the go qu’une CR dans un dépanneur du trou du cul ville en cas de problème.

Revue de produit: ROTOR / Q-Rings Chainring / 3D+ crankarms / INpower

Le Torque 360 est une intéressante nouvelle fonction disponible grâce au power meter INpower qui permet l’ajustement de l ’OCA (Optimum Chainring Angle). Il permet donc de déterminé l’angle en degré, mesuré du point mort au plus haut point le plus bas. Donc, comme mentionné plus haut, de sortir un graphique optimale du coup de pédale selon le cycliste. Je vais très probablement jouer avec ce truc intéressant sous peu. Pour le moment, je n’ai pas le temps de jouer trop au scientifique et je tiens à tester la position standard pour encore un bout.

 

Plusieurs autres fonctions d’analyse aussi dispo avec le INpower comme le Torque Effectiveness, Pedal Smoothness et bien sûr la cadence.

 

Ze Test

 

Après avoir effectué la calibration initiale, qui d’ailleurs est  un peu différente de la norme, tout était paired avec mon Garmin et les lectures semblaient bonnes, mais surtout stables. Après plusieurs kilomètres à le tester, puis ayant utilisé différents types de PM comme PowerTap (dans le hub de roue), Quarq (dans le pédalier) et Garmin Vector (pédales), je peux affirmer que mon Rotor INpower est la device la plus stable que j’ai eu. Toujours une détection rapide via le Ant+ de mon Garmin, pas de pertes soudaines de lecture, pas de jump de fou à 900w, pas de changements erratiques des données malgré que je ne le calibre à peu près jamais!

 

Pour ce qui est des données elles-mêmes, toutes les compagnies ont leurs méthodes et algorithmes afin de calculer la puissance, et évidement tout dépendamment d’où sont placés les capteurs, une perte de précision. Donc je dirais que mes valeurs sont dans la moyenne, car j’obtenais des données plus hautes sur Quarq, mais plus basses sur les Vectors.

Conclusion

 

Difficile d’apporter une conclusion nette quant à l’utilité et les résultats tangibles du plateau ovale. Comme souvent avec la biomécanique, la physionomie de chacun entre en ligne de compte, mais également le niveau de l’athlète et le type de pratique. Un essai préalable à l’achat est vivement recommandé, l’idéal reste de se faire sa propre opinion en essayant tout simplement ces plateaux sur ses parcours d’entraînement.

 

Avec une ovalisation contenue, les Q-rings permettent de réduire la fatigue et offrent un pédalage en souplesse. Ils sont particulièrement adaptés aux efforts prolongés donc idéals pour les triathlètes longue distance. Quant aux Q-XL, qui se rapprochent des plateaux Osymetric, ils s’adressent aux coureurs puissants qui fourniront une haute intensité lors des sprints et des montées en danseuse, ce n’est donc pas pour moi!

 

Pour ma part, tous mes tests sont concluants ave mon set-up Rotor et je dirais même que j’adore rouler du ovale et ne retournerais pas au rond.

commentaires

Haut de page