Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boston Marathon

par JP Leclerc 28 Juin 2011, 09:10 Road Race

 

1-boston-marathon-logo.jpg

Hisorique: Ici

 

Voila c’est fait !

Je ne suis plus qu’un marathonien, mais bien un Boston marathonien !!!

Après toute cette attente, mais surtout tous ces efforts et sacrifices, le B day est arrivé ! J’ai trimé dur, mais le tout à payé. J’ai atteint l’énorme objectif et j’aurai la chance de courir cette tan convoité course! Certains coureurs prennent plusieurs années d’efforts pour s'y rendre, je me considère privilégié de m’y être qualifié en si peu de temps.

D’abord laissez-moi vous dire qu’après ma qualification, une autre embuche me guettait, celle des inscriptions…la folie quoi ! En moins de 9h, les 23000 places disponibles ce sont vidées, tel des billets de cinéma pour Harry Potter 14 une soirée de première ! Étant des chanceux à avoir un ordinateur à porter de main, j’étais prêt à 9h01 tapant en ce matin d’octobre pour les enregistrements. Après plusieurs essaies, le site fini par m’envoyer vers la page de confirmation, ca y est, ma place est sécurisée !  Ne me reste plus qu’à attendre le 18 avril 2011.

En suit un solide hiver d’entrainement, je suis fin prêt à attaquer le marathon des marathons, le summum des courses, le all-star game du marathonien non-élite. Étant le seul de mes amis et contacts à avoir pu m’inscrire, j’étais donc seul pour le voyage, mais j’ai finalement été mis en contact avec Pierre Bourassa (p_bourassa@hotmail.com), coureur et organisateur de voyage pour des marathons. Je partis donc avec un groupe de coureurs, forfait clés en main, la conscience tranquille. Ne me restais finalement plus qu’à courir !

Je vous épargne les détails du voyage, qui fut fort agréable, et où j’y ai rencontré des gens formidables, tous aussi passionnés que moi et bien sur, selon les différents âges, tous de supers coureurs. Petit coucou à mes colocs du week-end : Laurent Killing machine Jugant, Luc 1000 marathons Gagnon et Jean-Claude The beast from the East Drapeau.

 hopkinton.jpg

Je vous transporte maintenant dans la célèbre petite ville de Hopkinton, en banlieue de Boston, où le grand départ est donné. Je suis seul dans mon corral de départ, le pipi nerveux me prend aux 3 minutes, j’attend le coup de fusils et savoure le moment. Par la suite c’est hymne national, F18 dans le ciel et bien sur beaucoup d’émotions.

 

L’action

 

Le fusil ce fait entendre, c’est partis, je suis en feux ! Débordant d’énergie du à mon 2 semaines de repos avant course et surtout du fait qu’ENFIN me voici à Boston. Seul hic, il y a du monde partout dans l’étroite rue de la petite ville. J’ai de la difficulté à prendre mon rythme, je dois esquiver, accélérer, freiner et presque sauter par-dessus d’autres coureurs, comme dans tout bon départ de marathon. Quelle surprise quand après plus de 5km il y a presque tout autant de gens m’entourant, par contre le pace est bon, je prends ma vitesse de croisière. Voila un des aspects de Boston, où prêt de 24000 coureurs de très bons niveau ce rassemble, tu as donc toujours du monde aussi vite que toi, tu ne seras jamais seul mise à part le Kenyan ou l’Éthiopien en tête de la course!

Ca va plutôt bien, le feeling est bon et que dire de la foule, WOW ! Du monde partout qui crient c’est extrêmement motivant. Ils veulent des Hi five, quelques-uns te tape sur les épaules et veulent presque t'agripper. C’est un feeling incroyable, un brin de vie de rockstar ou d'athlètes pro. Je passe donc la demi parcours en 1h27 environ, donc en route pour un final de 2h54, comme dans les plans. Maintenant, j’attaque la seconde tranche et les fameuses Newton hills, les 4 solides montées en plateau qui se termine avec…heartbreak hill, la reine des côtes. Après, ca redescend jusqu’au centre ville de Boston où m’attend ma t’en attendu médaille. J’ai l’intention d’ouvrir la machine dès que les obstacles seront passés et de faire un négatif split (temps de seconde moitié plus vite que la première) et donc de me rapproché de mon but de 2h52-2h53. Ce que je ne redoute pas, c’est que durant toute cette première moitié, les constantes petites montées et descentes qui me semblaient inoffensives et faciles avec mes fraiches jambes…bien elles me rattraperont plus tard…

 20-04-2011-20-36-16.jpg

La course continue, les minutes passent et les petites villes deviennent maintenant des banlieues. On sent que la grande ville arrive. Il y a constamment des spectateurs ! C’est malade ! Une méga ascension commence, c’est dur et il est maintenant prêt de midi, le départ étant très tard (10h), la chaleur est devenue plus que présente pour un petit Québécois qui sort tout juste de l’hiver ! Voila le sommet est atteint (bon cest pas Everest ok…mais cest le feeling que j’avais sur le moment !) Wow heartbreak hill est passée, sh!t c’était très dur mais c’est terminé, maintenant ne me reste plus qu’à tenir, pousser la descente jusqu’à la ligne ! I DID IT ! 

 

Sorry Sir, je m’exclame à mon voisin

This is it? THE Heartbreak Hill ??

Le monsieur de répondre: Sorry son, but it’s only the first one.

 

À ce moment précis j’ai su que j’étais dans la M@rde ! Les cuisses commençaient à me faire mal, les mollets donnaient de petits chocs annonciateurs de crampes et même Mr. Cerveau, qui est normalement assez fort et qui m’aide à rester positif dans les moments de grande fatigue, laissait passer de noirs pensées…

Les prochains kilos furent pénibles, un pas devant l’autre à monter, oh bien tiens donc, me voila dans cette maudite côtes, je le sais car j’ai la tête entre les jambes et j’aperçois un gros cœur brisé dessiné par terre. Une fois en haut, je vais tout de même tenter le tout pour le tout, et pousser la machine dans cette longue inclinaison négative, ca ira mieux !

(Faites maintenant le son d’un tourne-disque qui saute !)

Est-ce que quelqu’un m’a coupé les quadriceps avec un couteau ???? Je dois littéralement me freiner en descente, tellement mes cuisses sont brisées ! Le parcours difficile me rentre dedans de plein fouet, de corps et d’esprit ! Je suis hyper négatif et j’irais même jusqu’à dire que je suis fâché. Le MUR quoi!

Voici quelques lignes :

-C’est quoi que je fou ici ?

-J’hais ce marathon là, je ne reviens plus jamais !

-En fait…je ne refais plus de marathon ! C’est vraiment de la m@rde !

-On paie pour ca nous autres la !? Tout ca pour ce faire mal !!! On est donc ben épais !!?

-Ayoye que j’ai crashé ! Je vais faire un temps ridicule, je suis mauvais, ce n’est pas pour moi tout ca.

-Ok c’est fini, je m’arrête directement ici ! Fuck that !

IMG_0234.jpeg 

MAIS, la médaille qui m’attend (parce qu’au fond, on fait ca pour la médaille non !?) me donne une micro motivation de continuer. Je dois au moins compléter, au diable le temps. Je suis en détresse, mais ma force mentale, ou du moins le peu qu’il en reste, me dit de continuer. Plus ca va, plus les kilomètres passent, plus les jambes et la tête reviennent. Mon Dieu j’ai fini (pcq quand il te reste 2km sur un marathon, T’AS FINI !) Malgré ce mur, fidèle à mes habitudes, je sprint à l’arrivée en ne regardant même pas mon temps. Je suis très déçu de moi et suis plutôt amère vis-à-vis le marathon de Boston. Comme pas certain d’avoir aimé ca ! Trop grosses attentes ? Peut-être !

Avec tout ca, je ne regardais même plus ma montre depuis un bon bout de temps! Quelle surprise de voir que j’ai tout de même fais 2h56. Dans mon esprit, durant les derniers sombres 10-12km, je ne pouvais même songer être sous les 3h et encore moins faire un personal best d’environ 1 minute ! heheheh  Seulement 2 mins de plus sur mon 2ieme demi que sur mon premier, ce qui est finalement plutôt bon, car la meilleure des courses devrait être égale. Laissez-moi vous dire que tout ca fut réalisé après une bonne douche, un méga repas ainsi qu’une discussion avec les copains.

 

 Une belle aventure qui forge le caractère, j’ai enfin ma médaille et bien sur de supers souvenirs.

 

Distance: Marathon (42.2km)

Lieu: Boston, MA, Usa

Temps final: 2:56:47 (4:11/km)

Rang total: 1088/23879

Rang groupe d’âge: 760

 

215490 10150550049065207 888975206 17839241 3578945 n

 

commentaires

Claire 07/07/2011 02:25


Cool JP ! Même si je connaissais déjà l'histoire et ses détails, je trouve ça super le fun de lire les récits de passionnés. Ça permet de se (re)plonger dans l'ambiance, et ça donne envie de
s'inscrire à une autre course de fous sur-le-champ, ahahah! En tout cas, ce jour-là, tu as fait une super job!


Luc Levesque 29/06/2011 05:28


Chanceux, tu es dans une classe à part. Et sous les 3h, quel exploit !


sacha-cavelier-endurance-run 29/06/2011 02:34


Wow man, à te lire, je me dis qu'il faudra que je fasse un jour le boston marathon avant de mourir en paix!
au fait tu as vu, maintenant tu apparait sur google!


Haut de page