Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rock’ N’ Roll Marathon de Montréal -2:56:22

par JP Leclerc 25 Septembre 2013, 17:44 Road Race

On the run Bart Coaching proud!

On the run Bart Coaching proud!

 

Après une pause de 2 ans, j’ai complété dimanche dernier mon 10ieme marathon, au même endroit qu’à mon tout premier, ma ville d'adoption; Montréal. Comme expliqué dans mon texte (Une proposition inattendue, une opportunité de bien faire et un souvenir), ce marathon avait une saveur très spéciale pour moi dû à mes problèmes de santé de 2012 et aussi car j’eu la chance d’y participer grâce à la Fondation du Children’s Hospital. Je tiens à remercier très sincèrement tous mes donateurs qui m’ont permis d’amasser plus de 750$ pour les enfants ainsi que de courir fièrement en leur honneur. MERCI !

 

Du à une saison axée sur l’entrainement pour le triathlon distance demi-Ironman, ma préparation marathon fut mise de côtés. Je ne pensais pas faire de marathon en 2013, mais quand l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas su refuser. Même si je n’étais pas dans des conditions physiques idéales pour la distance qu'est le marathon, j’ai pu compléter quelques bonnes longues sorties lors des derniers temps. Puis de courir 21.1km après avoir biké 90km à bloc développe quand même l’endurance.

 

Je pris donc le départ avec un objectif de 2h52 ou mieux, objectif pas facile mais très atteignable comme mon record perso était de 2:56:47 à Boston en 2011. Nous sommes 3000 marathoniens et 12 000 demi-marathoniens sur le pont Jacques-Cartier en ce froid et pluvieux dimanche, ma grippe n’est toujours pas partie et malgré le reniflage intense, je dois y’aller et me claquer un 42.2km et essayer de maintenir 4:05/km…aille ça va faire mal! J’aime courir lors de temps froid, alors pour moi c’est une journée parfaite. Dans les premiers instants, je suis un peu pris dans la masse, mais après 3-4km ça se tasse et je peux enfin prendre mon rythme. Je me sens bien, les jambes sont bonnes et la grippe ne semble pas trop m’affecter. Mes splits sont constants, même conservateurs. Je passe le 5km en 20:37. Mais peu de temps après il pleut et vente, j’ai froid et il est difficile de garder la vitesse. Tout à coup, je ne trouve plus du tout la météo idéale et en plus il y a des trous d’eau à éviter sans arrêt. Je garde le cap et tout vas bien, 10km en 40:52 donc je reprends le pace moyen de 4:05. Et hop un petit gel!

Après le passage sur l’Ile Ste-Hélène et le circuit de F1, le parcours est dégelasse, laid et plate…seul beau moment, le passage dans la place Jacques-Cartier dans le vieux. C’est super beau mais c'est dans une dure montée et sur le pavé qui rend les pas difficiles. Une grosse foule est massée tout en haut ce qui nous donne du jus. De 10 à 15k, j’ai des passages dans les 3:55-4:01/km ce qui est trop rapide, je reprends le bon pace afin de ne pas faire cette erreur qui pourrait me coûter chère plus tard. Je croise le demi marathon au Parc Lafontaine et laisse filer les coureurs inscrit au demi vers leurs finish. Ce qui démoralise un brin de les savoir à quelques mètres de terminer, quand moi j’en ai encore tout autant à faire. J’ai la chance d’avoir mon ami Mathieu Girard au coin du parc pour faire mon lapin. C’est vraiment motivant d’avoir un excellent coureur, qui te cache du vent, t’encourage et te donne des verres d’eau. Me voilà déjà à mi-chemin et on pace en 1:26:12. Un instant plus tard, Les problèmes se font déjà sentir car mes quads commencent à être douloureux. Ça regarde mal…

Pour le reste tout vas, nous passons avec Mathieu et Fred qui se joint sur des sections, les km au bon pace. La deuxième portion du marathon n’est pas très enivrante avec ses looooongs aller-retour sur des rues plates. Désolé mais ce marathon est plate et quand même difficile avec ses bonnes montées. À 32km, je me sens bien au niveau cardio, l’énergie toujours là mais mes quads eux frappent le mur. Mes jambes ma lâchent et je me sens déchiré dans les muscles de mes cuisses. Par contre, contrairement à mes autres marathons, aucunes crampes ce qui est positif. Les mollets sont aussi bien endoloris et ma vitesse descend malgré les encouragements de mes lapins. Je passe donc de 4:05 à 4:10 puis dans les 4:15-4:20 et même 4:25 ce qui me fait chier. La tête s’y mets aussi : Les gars, ce n’est pas fait pour moi cette distance, je suis poche, oublie le pb, j’tanné…J’en chie donc sur les 10 derniers plates et longs kilomètres. Je savais que ça ferais mal alors je tiens le coup. Ce qui est encourageant est que mon pace bonké est maintenant assez rapide pour limiter un peu les dégâts. Je m’explique; avec le triathlon longue distance, je suis assez endurant et fort mentalement pour réussir à pousser fort et à garder une bonne vitesse malgré le manque de jus, la douleur, les crampes ou autres problèmes comme des cuisses qu’on aurait coupé à la lame de rasoir ;)

Je capote de savoir qu’il me reste environ 40mins, souffrir pour encore si longtemps c’est dingue. C’est étrange à dire, mais c’est comme long…et rapide à la fois finalement hahaha Je passe de très down à plus motiver et déjà plus que 3km à faire. Je pense à ma fin d’année 2012, démolis dans ma chambre d’hôpital post-opération au cerveau, là aussi j’avais mal, mais je préfère de loin ce mal qui en fait me fait sentir en vie. J’ai hâte d’en avoir fini, de voir ma blonde, je pense aux kids pour qui j’ai amassé quelques sous et j’espère passer sous les 3h...au moins…

J’ai une escorte de 6 amis pour le dernier 500-600m, merci les gars vous m’avez donné le force d’un dernier kick final.

Je vois 2:56 et des poussières au cadran de l’arche et en fait, me fou TOTALEMENT du temps en ce moment. Je sais que j’ai un autre sub 3h au marathon et que je peux enfin me reposer. J’apprends plus tard qu’en fait, j’ai réussi à aller gruger un énorme 25s sur mon meilleur temps hahah un PB est un PB ;) (Personal Best)

C’est le fun de savoir que malgré une prép pas idéale pour un marathon, une météo peu clémente et une fin de grippe, je peux m’en clencher un sous les 3h assez aisément, plus facilement que lors de mes premiers sub 3 en tout cas.

 

Je me dois de dire que je n’ai pas grands bons commentaires sur cette course, mais surtout cette organisation. De un, le parcours est à chier, point final. Ils coupent partout pour s’en mettre plein les poches et ça parait sur pleins de points. Même pas capable de donner des couvertures thermiques (métalliques) pour nous réchauffer dans pareilles conditions ???!! Ridicule !!! Manque flagrant de toilettes et oser charger un extra pour avoir des accès rapides aux chiottes !??! Kidding me ? En plus du retard incroyable des bus pour reprendre notre linge sec. Une pomme pi un jus en boite comme lunch ?!?! Really ??? Une médaille avec un cordon en lacet de chaussure ??!?!? What ??? Aucune, je dis bien 0$ et même pas un certificat cadeau de 20$ chez Running Room aux gagnants du full et demi ?!?!? Grotesque ! (ils sont finalement revenus sur leur decision suite è la polémique causée!) Il pouvait bien ne pas y avoir de Kenyans sur la course. Plus d’élites, mais un marathon de masse…

Bref, pas fort Competitor group.

 

Par contre, c'est ironique d'être au Parc Lafon, un ans plus tard, presque au même endrois que l'hopital Notre-Dame, pettant maintenant le feux(ah ouin pas tan que ca car je suis crevé!)

It's good to be alive!!!

 

Splits :

5k= 20:37 4:07/km

10k= 40:52 4:05/km

21.1k= 1:26:12 4:05/km

32.2k= 2:12:18 4:06/km

37.2k= 2:34:10 4:08/km…les 5 derniers sont à 4:26/km aille

42.2k= 2:56:22 pace final moyen 4:11/km

 

Nom: Rock’ N’ Roll Marathon de Montréal

Lieu: Montréal, Qc, Can

Distance: Marathon (42.2km)

Temps: 2:56:22 (4:11/km)

Rang: 25/2920 overall et 6/311 Hommes 30-34

Rock’ N’ Roll Marathon de Montréal -2:56:22

commentaires

Haut de page