Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

par JP Leclerc 1 Octobre 2016, 15:09 Triathlon

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

Avant de commencer la recap de cette course, je n’avais aucune attente et objectif pour cette compétition, outre que d’avoir du fun et une belle semaine de vacances.

 

Tout d’abord, l’International Triathlon Union (ITU) tenaient ses championnats du Monde longue distance en sol nord-américain cette année, plus précisément en Oklahoma dans le centre des États-Unis. M’étant qualifié il y a un an au demi-Esprit de Montréal, je voulais profiter de ce passage "proche" d’ici pour tester une course régie par l’ITU et aussi représenter le Canada sur une distance dite internationale (4k-120k-30k).

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

J’avais un mois entre Ironman Tremblant et les Worlds ITU et suivant ma grande déception de IMMT, la tête n’y était plus. J’ai donc seulement fait un maintien et pensant peut-être surfer sur ma forme buildée pour Tremblant. Aucunes très longues runs, ni de longues rides, je ne m’attendais donc pas à petter des scores…mais p-e pas à ce point-là!

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

Ce qui nous attend pour la compé prêt d’Oklahoma City, est deux boucles de 2km dans le lac Efner presque assurément sans wet, dans une eau très peu profonde, agitée et trouble dus aux grands vents. Un parcours vélo plutôt rolling dans les pâturages ruraux, donc complètement ouverts aux possibles vents et à l’inévitable chaleur. Pour finir le tout avec trois boucles de 10km full blast sun et top chaleur, qui me rappelle beaucoup le Texas, leur état voisin.

Bref, le combo parfait pour moi afin de connaitre une mauvaise course hahahha

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

L’Otillo Swim-Run World Championships

 

Une heure avant le départ c’est officiel, ça sera une nage sans la combi…je n’ai pas peur pour le froid bien sûr, mais bien des vagues et surtout du temps dans l’eau qui nous fera perdre énormément d’énergie pour continuer la journée.

 

La première partie se passe convenablement même si ça brasse un peu, je me sens plutôt bien et je m’applique sur ma technique. Les vagues nous font tanguer pas mal mais sont dans la direction voulue, je ne songe pas trop au retour qui sera nécessairement violent. Après 15-20 minutes, j’ai les doigts qui touchent le fond et j’aperçois des compétiteurs marchant en plein milieu du lac?!? Je me lève aussitôt et tout le monde ris et se parle…what the hell is this!?!? Nous sommes à présent en plein Otillo Swim run hahaha

 

Quand reprend la nage, des pros femmes sont en sens inverse dans ma direction, probablement déportées par les vagues hahha Comme prévus le retour est infernal, entre les bouillons et le surf sur les vagues, je recule carrément par moment, en tout cas j’avance à peine. C’est du grand n’importe quoi, mais je ne m’en fais pas trop car tout le monde doivent en chier! Je le prends comme un défi, car s’en est réellement un! Autre partie de course en eau vers la fin du premier tour…ça te drop un pace de devoir marcher dans l’eau car ça n’avance pas…

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

La deuxième boucle est encore plus chaotique et encore plus longue comme les bouées se déplacent…c’est un bordel les nageurs sont dans tous les sens et je vois du monde couper le parcours…j’y songe même durant un instant tellement les conditions sont folles. Au final plusieurs athlètes ne prirent même pas le départ devant cette nage extrême, 50 ne feront pas le cutoff de temps pour compléter l’épreuve et pour ma part, un nouveau record de distance et de temps dans l’eau avec 4320m et 1h29 d’effort. hahahaha

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

Front-face-wind-blowing bike ride

 

J’attaque le bike motivé et ma vitesse moyenne me boost encore plus. Je pousse approximativement 260w pour 42.5kmh sur le premier 30km environ. Une fois dans les champs, on doit effectuer deux tours de 20km, puis c’est le long retour en ville. La moitié du premier lap est 100% vent de face, j’aperçois du 20-22kmh sur mon Garmin et je dois pousser fort pour avancer. Ça me frappe en pleine poire comme dirais les français, ou direct dans l’dash en bon québécois. Tant au niveau de l’énergie, de la motivation et surtout le bas du dos en prend un coup.

 

Pour la suite, j’ai de la difficulté à rester en position aero, je dois sans cesse me levé pour m’étirer. Après la seconde boucle, ma vitesse à droppée pas mal, mes watts aussi, la chaleur est de plus en plus intense et je suis juste vraiment tanné.

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

L'interminable et pénible retour de 40km, qui comporte plusieurs longues montées et faux plats, se fera contre le vent et ce jusqu’aux racks de transition...Je suis sauté raide, je ne pousse même plus mes watts pour un Ironman (235-240w)…assis comme un con en balade du dimanche car j’ai le dos en compote, je me XnuitX moi-même contre le vent. J’ai l’intention de stopper tout ça après le bike, pas question que je cours 30 bornes dans cette canicule avec si peu de jus.

 

Un médiocre 231w de moyenne plus tard, moi qui visais 250-260w sur cette distance, à peine 33kmh de moyenne pour ce 122 km (les 2 kilos d’extra les plus longs de ma vie!).

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

Course dans le fourneau

 

En accrochant ma monture je n’ai pas de motivation, genre 0! Mais tout de suite quand je me mets à la vertical, mon dos se calme et je me dis que je ne suis pas venu jusqu’ici pour un DNF.

 

Je me crinke un peu et bam dès ma sortie du parc à vélo je vois Crowie passer dans ma face! Ayant vus Craig Alexander d’innombrables fois sur vidéos, je suis comme dans Youtube à le voir aller à quelques pas de moi. L’excitation me prend et je le rejoins, je suis aussitôt transporté à Kona au coude à coude avec cette légende Australienne, triple vainqueur du Championnats du monde…

 

Nous devons être aux alentours de 4:20/km et je trouve que c’est slow pas mal, alors je pousse et prend les devants! Il ne semble pas trop dans sa shape habituelle, malgré une running form presque parfaite! J’en suis donc à avoir mon idole sur mes talons, je vis un sacré moment. Mais sa respiration et tous les drôles de petits sons qu’il fait  me montrent qu’il ne suit définitivement pas quand je tiens le 4:00/km.

Je me paye donc Crowie pour 2km derrière moi, juste pour ça mon voyage en vaut la peine :)

 

Je sens aussitôt la chaleur tapée fort et je ralentis, j’ai déjà brulé une solide cartouche sur ce coup-là hehhe Par contre, je ne peux pas trop casser devant lui, quelle honte, même s’il doit être habitué de se faire challenger par des petits mongols comme moi. Alors je drop le pace à 4:15 et il me rejoint après un autre kilomètre. Étant sur le bord de l’eau, il vente beaucoup et il se sert de moi pour s’abriter, ça me fais curieusement extrêmement plaisirs ;)

On fera donc un autre 5 minutes ensemble, avant de faire un stop à un aid station et que lui continus son chemin.

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

À partir de là c’est le meltdown, je suis certain de stopper ma course, mais comme je suis maintenant à 5km du finish, je me dis aussi bien continuer au moins une boucle. Je cours bien mais m’arrête à tous les points d’aide. Au retour la foule est motivante et j’ai un regain pour partir un second tour, parcours qui est d’ailleurs pas mal le fun, même si chaud et venteux. Pas le choix, Sarah vas me chicaner d’avoir lâché…mais quelques kilos plus tard je marche et me dis que s’en es assez.

Moi et mes légendaires performances dans des conditions chaudes continuons malgré l’ischio qui bloque par moment. Quand je cours, ça fonctionne plutôt bien, mais les crampes me stop net-fret-sec.

 

Pour le reste du second lap, je combats alors sans cesse, déchiré entre l’image devant mes athlètes, l’investissement pour ce voyage, la médaille que je n‘aurai pas et l’idée de m’écraser au soleil et ne plus bouger.

 

Je reprends un peu de vie sur le dernier 8 km car j’y suis presque, mais là c’est le body qui flanche après 2h43 d’effort et 31km (aarghh encore!) et j’aurai même de la difficulté à courir sur les derniers 200m…

 Race Recap: ITU long distance World Championships 2016, Oklahoma

Conclusion

 

It was a fuckin tough day au niveau des conditions sur les trois sports, et ma préparation physique, mais surtout mentale n’y ont pas contribué.

Très content d’avoir terminé, je continue ma streak sans abandons puis je récolte au passage une autre belle médaille de Championnats du Monde. De voir que je termine 9e de ma catégorie me prouve que tous les autres ont aussi eu une difficile journée. Record de DNF semble-t-il sur tous les age group.

Puis au final, il y a 4 ans jour pour jour j'étais opéré au cerveau et là je me plain d'une performance?! No way, je suis en forme c'est la plus grande victoire :)

 

CONGRATS à mon chum Pat Brisindi qui lui au contraire a eu une journée de rêve pour enlever le titre chez les 45-49 ans! Well Done!

 

Finalement à nos supers sponsors : En particulier Skechers Performance, Enve (On the Edge), Garneau, Compressport, Smith, Xact Nutrition, Techno Cycle, HUUB Design, Momentum Solution Vélo, Remise à Zéro, Broken 7, Beet It sport, Naak.

 

Course: Redmen triathlon (ITU long course World Championships)

Lieu: Oklahoma City, Okc, USA

Date: 24 Septembre 2016

Distance: 4k nage, 120k vélo, 30k course

Temps: 7:59:11

Rang: 9/48 H35-39 OA ???

commentaires

Haut de page