Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Race Report : IM Tremblant, pas la course espérée

par JP Leclerc 24 Août 2015, 20:52 Triathlon

IMMT 2015, pas un succes pour moi

IMMT 2015, pas un succes pour moi

Je me suis demandé si je devais écrire sur ma dernière compétition ou simplement la passer sous silence et l’oublier au plus vite, probablement très déçu de moi et de ma performance…

Mais quelques jours plus tard, reposé, je sens qu’il me ferait du bien de revenir sur cette difficile journée. Le tout afin de revivre un peu ce qui s’est passé durant ces pénibles 10h43. Chercher à comprendre, à m’expliquer et bien sûr en sortir le positif, car même dans les mauvaises journées il y a toujours quelque chose à apprendre.

Pour commencer, c’est le fun de voir que la distance ne m’effraie plus autant, je suis maintenant très relax durant les dernières journées, capable de ‘’mieux’’ dormir la veille et surtout de manger le matin sans presque vomir.

Ça c’est positif et ça commençait bien à 4h15 am…même si la chaleur continue de me suivre partout.

 

Nage

Tout va bien sur la beach en attendant le coup de fusils annonçant le départ. Bien en contrôle de mon stress, je me place dans les premières lignes. Disons que ma fin de prep en natation ne fut pas du tout optimale et je sais que je vais assurément payer mon manque d’assiduité…mais bon sur IM rien ne se gagne sur la nage.

BOOM!

Nous sommes la première vague après les pros hommes et femmes, ça part en FOU! Ça n’avance pas beaucoup et ça joue du pas mal coude.

Après 200-300m un dude me balance des coups sur la tête et un autre me passe sur le corps, ce qui me fait prendre un solide bouillon…je ne peux plus respirer et une panique s’installe! Je brasse comme un con, je n’avance plus du tout et je regarde le canot en me demandant si je l’appelle. Une crise de panique comme lors de mon tout premier triathlon sprint hahah Ça arrive encore…merde le mental doit embarqué au plus vite sinon je vais m’être levé à 4h du mat pour nager 300m…

Je reprends le beat mais j’ai clairement perdus du temps, je n’arrive pas à évaluer combien, mais au moins j’avance à nouveau.

Pour le reste ca vas rondement bien, même si je n’ai pas de gros feeling, je sens que je peux me rapprocher de l’objectif de 1h. Je vois 58:00 sur ma montre et l’arche tout au fond!!! Malade! Je replonge la tête, je nage, je nage…je nage…je nage…fuck l’arche est toujours loin.

Je sors alors dans un temps de 1h05. Respectable si je revois le travail que j’ai mis et la crisette de panique.

Malgré tout je suis encore dans la game...

Le gars feel pas trop. Crédit: QK shop

Le gars feel pas trop. Crédit: QK shop

Bike

La course vers T1 ce passe très mal car je ne vois plus clair, j’ai VRAIMENT envie de vomir et le cardio est dans le piton seulement à jogginer sur le tapis.

J’ai trop bus la tasse?

Je dois prendre un break assis en mettant mon casque…j’ai déjà besoin de repos, not good. Je suis presque 6 mins en T1…

 

Je décolle le bike leg dans la brume, il fait quand même frais ce qui est bon, on en profite avant la grosse chaleur annoncée.

Pas de supers sensations sur la montée Ryan, je pousse comme je peux et il m’est impossible de respecter mon plan de nutrition car le cœur me lève juste à penser à manger.

Fin de la difficile 1ere boucle. Crédit: 10-21-42k

Fin de la difficile 1ere boucle. Crédit: 10-21-42k

Je dois être à environ 36km/h de moyenne et le wattage est plutôt bas. Le chemin est tranquille comme je suis dans la première vague. Quelques gars du groupe me passent, j’essaie de me pousser et m’accrocher à eux mais impossible, je n’ai pas de jus.

Donc pour les 2 premières heures ca vas mal et même le mental n’y est plus. Mon âme de guerrier ne veut pas se battre aujourd’hui et je pense à plusieurs reprises que je devrai carrément stopper la course. Ne pas être en mesure de s’alimenter adéquatement sur un demi-Ironman ça peut passer, mais sur un Ironman, tôt ou tard tu es voué à l’échec.

Je me dis que ça pourrais changer vite, que je vais être patient et me forcer à avaler tout ce qui passe.

 

Après une boucle le moral est bas, il fait maintenant très chaud et en croisant ma blonde je lui lance un;

Je ne suis pas bien…

 

Quelques instants plus tard, coach Bart me cris que la course commence LÀ! Ses paroles me crinquent à fond et j’appuie sur les pédales puis subitement j’ai un regain d’énergie. Je sens que je reviens petit à petit et même que je repogne tous les mecs qui m’avaient doublés, certains clairement partis trop vite.

Je boucle mon second tour en 2h31 soit 7 minutes plus rapide qu’à mon premier. Donc je finis fort, ce qui est encourageant, mais j’ai tout de même en conséquence perdus plusieurs précieuses minutes sur ma première boucle.

 

Final 5h09, décevant mais tout de même pas catastrophique sur un parcours comme Tremblant sous une bonne chaleur.

 

Sur une meilleure passe, je boucle le second lap en 2h31. Crédit: 10-21-42k

Sur une meilleure passe, je boucle le second lap en 2h31. Crédit: 10-21-42k

CÀP

Je serai bref sur la partie course comme j’ai plusieurs moments flous…

Je dépose le vélo et suis pas mal découragé d’avoir un marathon à courir, ça part pas super bien.

 

Je décolle le tout avec de bonnes sensations physiques. Mais après seulement 5km, mon ventre recommence à souffrir et juste de voir la bouffe au aid station, j’ai mal au cœur. Je bois, coke-eau-Gatoraid à fond mais si je ne mange pas d’ici quelques temps, la chaleur et le manque d’énergie auront raison de moi.

La seule chose qui rentre; du liquide.

La seule chose qui rentre; du liquide.

Alors petit à petit je m’éteins, ma vision est trouble et quand je ne cours pas je titube. Les moments que je reprends, surement du au peak de coca-cola, le pace est bon et aucun signe de crampes. Cependant, le mind lui a complètement lâché, je pense à PLUSIEURS reprise de devoir signer mon premier DNF à vie…(Did Not Finish)

En même temps, je suis loin alors autant me rendre au village, ensuite je lâche.

 

Arriver devant ma copine, je lui donne mes lunettes et même mon chandail (plus trop là le gars!?) et lui dis que c’est finis, je ne peux pas faire une autre boucle. Ca réponse est claire :

Oh non tu ne stopperas pas! Après tous tes efforts, ça fais 1 ans que tu prépares ça! Penses à tes athlètes…allez tu repars t’es capable…Let’s Go! Je t'aime tu es vraiment sexy

(bon jai inventé la derniere partie arpès le je t'aime!)

 

Alors comme un enfant que ça maman gronde, je remets mon top et mes lunettes en pleurnichant et en parlant comme un gars chaud, puis je repars. Elle m’avouera plus tard avoir été très mal de me pousser comme ça et elle pleurait sous ses verres fumés. Mais grâce à elle je n’ai pas lâché…

 

Encore un peu de jus.

Encore un peu de jus.

La 2e boucle est donc pas mal floue, je me souviens de me ramasser au médical, que coach Bart et JS Lefebvre sont là. Le gars m’oblige à m’assoir, mais que quelques minutes plus tard, subitement je me relève et pars à courir comme une balle hahahah vraiment super étrange comme réaction…Bart doit me rattraper à vélo pour me dire de me calmer.

 

Pour le reste une chance que j’ai eu le support de la foule, puis de mon ami Charles Thibault et son légendaire positivisme, qui était casser lui avec, et qui m’a dit de ne jamais stopper.

 

Côtés crampes, ben là c’est la nouvelle de la journée car tout vas bien, ok je me dois de stopper pour m’étirer les ischios mais non pas du a des crises! Le tout est juste normal et super contrôlable. Une petite victoire pour moi! Merci Bart pour le plan "cramp buster".

 

Je termine cette dure épreuve en guerrier, plutôt content de mon attitude face à tout ça. Un de plus, malheureusement mon 4e IM on le mettra dans la banque d’expérience. Pour la chaleur, honnêtement j’ai sentis ca pire au Texas, peut-être aussi moins acclimaté en mai.

 

Jamais je n’ai été capable de peser sur le bouton stop de ma Garmin…pourtant j’ai lâché à d’innombrables reprises…plusieurs arrêts complets et quelques tours dans les tentes médicales, impossible d’appuyer malgré tout.

Si la Garmin continue, je continue hahah

Ouf celle-la n'était pas facile...Crédit: 10-21-42k

Ouf celle-la n'était pas facile...Crédit: 10-21-42k

Overall

Complété en un des pires temps de ma petit carrière en IM, je suis déçu, pas que ça soit finis bien sûr, mais de ma perfo. Cependant, vraiment pas à terre et du tout démolis de ne pas avoir atteint mes objectifs.

Ça marche comme ça, y’a de bonnes et de mauvaises journées. Il y aura aussi d’autres journées et aujourd’hui ce n’étais pas la mienne.

J’ai encore livré une bataille, contre moi-même et les éléments, en démontrant une force de caractère (qui m’enverra à l’hôpital un jour?!?). Je crois avoir montré l’exemple en ne baissant pas les bras et au final je suis fière de ce 10h43 et d’une médaille de plus à ma collection. (En plus elle est biiiiiig!)

 

Il faut aussi savoir Enjoy the journey, ne pas juste voir le prochain objectif, le prochain évènement. Prendre le temps de savourer celui en cours, l’après-course mais aussi la façon de s’y rendre. J’ai aimé faire les efforts, mettre le temps (et l’argent!), c’est un mode de vie que j’adore, mais c’est aussi ce qui rend le sport tellement spécial ;)

 

You fell down, you get up but you NEVER ever GIVE UP!

 

Bon je dois avouer avoir dit haut et fort ne plus vouloir faire d’Ironman, du moins prendre un break en 2016 et de vouloir me concentrer sur le 70.3.

Mais l’Ironman est ce qui me drive tout au fond de moi, c’est très dur à expliquer. Je ferai quelques changements de stratégie pour la prochaine saison, mais déjà l’envie refait surface de me reprendre et d’essayer de dompter la bête qu'est le Ironman...

J’entends déjà ma Sarah me dire :

Aaahh je’l savais que tu en ferais d’autres!

 

Merci à tout le monde sur le parcours, mes amis et famille puis tous les sponsors du Team Elite BartCoaching.

 

Course: Ironman Mont Tremblant

Lieu: Mont Tremblant, Qc, Can

Date: 16 aout 2015

Distance: Ironman (3.8k nage, 180k vélo, 42.2k course)

Temps: 10:43:49

Rang: 25/203 H30-34, 176/2350 OA

commentaires

Haut de page