Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Race Report : 70.3 Mont-Tremblant 2016

par JP Leclerc 1 Juillet 2016, 10:24 Triathlon

Le finish de Tremblant

Le finish de Tremblant

Pour la deuxième année d’affilée je prends le départ du demi-Ironman Mont-Tremblant. J’en avais beaucoup envie car j’ai eu une superbe expérience en 2015. Tant par l’organisation, le weekend en général, mais aussi ma perfo, j’avais le désire de revivre le tout.

En plus, il est pour moi "facile" de venir m’y entrainer et ça fais un moins gros voyage (en $$$ Cad en plus!) afin de participer à un évènement réellement de calibre international.

 

À l’approche de la butoir, je me sens prêt à attaquer cette magnifique course dans notre court arrière. La forme est excellente et la confiance à son maximum. Du gros travail a été fait cette hiver sur le trainer, un bon block de course avec deux 21k en préparation, puis du temps de qualité technique avec Coach Bart et une très bonne analyse de ma nage (Analyse SwimSmooth), font que je devrais connaître une belle course…si je contrôle les incontrôlables ;)

Je me suis tapé mon classique rhume annuel la semaine avant, alors pas de chance que je sois un peu mal comme en 2015. Ce qui est une bonne chose, car malgré une bonne journée en générale, je crois que mon rhume avait pris le dessus sur les derniers 5km de la course à pied, mon niveau d’énergie étant pas mal bas rendus là dans la journée.

 

Bien sûr les objectifs sont élevés, je drive à ça! Ça me prend ces buts afin de pousser, de rembarquer encore et encore, puis de pousser plus fort, toujours avec mes goals en tête.

Si les astres s’alignent, que la météo est clémente et que les jambes se pointes la fibre musculaire le matin du 26, je vise définitivement un personal best sur la distance. On verra si je serai en mesure d’abaisser la marque de quelques minutes!

 

En tout cas, je vais tout donner, advienne que pourra!

Swim Start hommes 35-39 Crédit: Marc Cueto

Swim Start hommes 35-39 Crédit: Marc Cueto

La Nadadora

Annonçant des températures au-dessus des 30 degrés, je sus comme un porc dans mon wetsuit en attendant mon départ. Pour la première fois de ma vie, j’ai hâte que la nage commence. Je suis anormalement nerveux, j’ai dormis légèrement et eu de la difficulté à manger. Je me suis auto-infligé de la pression, j’ai en tête d’aller chercher mon nouveau groupe d’âge, soit 35-39 ans…gros but, ouch ca vas être tough!

 

Ca pars bien pour quelques mètres, pas de tape sur la gueule ce coup-ci. Mais l’eau est pas mal fraîche et l’important fait d’en être à ma première nage en lac, au premier petit bouillon je pogne une panique et ne peux plus respirer…brasse pour quelques secondes, car je ne peux plus mettre ma tête dans l’eau. Je reprends de plus belle, puis même chose…comme un débutant je panique, dois brasser encore et perd de belles et précieuses secondes. Je dois vraiment me parler, car ça ne vas vraiment pas. Avec ces trois petites crises, je dois avoir déjà perdus 1 minute. Shit ca part mal!

 

Par la suite, je prends le contrôle sur moi et tente de suivre la fréquence imposée par mon Tempo Trainer de 71 SPM (Stroke Per Minute). Un Tempo Trainer c'est quoi?...ici!

Le reste passe bien, et plus vite qu’à la brasse. Je termine l’épreuve en 31:28, ma pire performance depuis plus de 2 ans.

 

Mais sans mes petits problèmes, j’aurais été proche de mes 30:00/29:00 habituel, car ma vitesse était bonne et je sais qu’en training avec cette fréquence je suis dans les 1:30/100m.

 

La journée se poursuit par une course folle en T1 sous une chaleur déjà trop présente.

Ma transition sous l'oeil de Goph

Ma transition sous l'oeil de Goph

el Velo

Bonne transition (légendairement longue de prêt de 1km!) et bon embarquement (ca me stress toujours un peu), mais le tout se gâte rapidement quand je me pogne d’entrée de jeux, des gens moins rapides dans une section avec un passage réduit, j’en block même Jérome Bresson hehe.

Difficile de prendre ma vitesse, je tente de suivre Jay, mais je dois attendre avant d’arriver sur montée Ryan pour décoller fort et il est déjà trop loin. J’aurais aimé pouvoir me pacer un peu avec lui, mais je sais aussi que ça aurais été overpace pour moi, donc une belle façon que je saute une importante cartouche pour la suite des choses.

 

Je dirais que la partie vélo est devenue mon étape favorite, alors tout passa vraiment rapidement, du moins sur la première portion avant le turn-around de Labelle. Rien à signaler, je bois fréquemment et je suis légèrement trop haut côtés watts (277 w) selon le Garmin pour les 20 premières minutes.

 

Sur le premier 40km, je maintiens une vitesse moyenne de 40kmh, mais sans être trop dans le dur. Je sais aussi que la partie du retour sur Ryan et l’allez sur Duplessis nous font perdre de la vitesse, donc je calcule que je devrais avoir environ 39kmh au final soit 2h17-2h18. En plein ce que je visais selon ma forme et ma progression à vélo, mais surtout afin d’être en mesure de bien courir par la suite.

 

*Mention spéciale à l’escouade TQ à vélo sur le parcours, je crois avoir vus une course très clean côtés drafting!*

 
Dernier training Crédit: Rob Photographe

Dernier training Crédit: Rob Photographe

Tout de suite après le volte-face (comme dirais les organisateurs!), badam! Je sens la chaleur et le soleil puissant, par contre je sens aussi le vent…petit élément invité que je n’attendais vraiment pas. J’avais pourtant remarqué les pros en contre-sens qui semblaient grimacer et ne pas avoir une vitesse infernale.

 

Bref, le retour sur la 117 fût quand même pénible, je n’avance pas vite et je me sens un peu faiblir malgré mes nombreux dépassements. Dans la longue montée de la Conception, je cuis littéralement sous le soleil, roulant à 15kmh…Je pense sans cesse à la dernière épreuve et j’ai plus ou moins envie d’aller courir dans se four a broil!

 

La moyenne descend donc et je lève le pied délibérément sur mon retour avant d’attaquer l’infamous Montée Duplessis. Pour l’allez j’y vais tempo, je vais tout donner pour le retour qui est pas mal plus roulant, je reprendrai vite le temps perdus. Je réouvre donc un peu la machine pour terminer le dernier split de 9k à 43.1kmh pour boucler ca en 2:21:52 soit 38.1kmh en moyenne et 269w np.

Power graph

Power graph

Je sais que ce n’est pas une journée a PB, mais ca me fais quand même chier de savoir que j’ai finis en haut de 2h20. J’ai clairement une pas si pire ride, car j’ai dépassé sans arrêt et je dirais que maximum 5 cyclistes m’ont repris, mais ca demeure moins roulant qu'en 2015.

 

Je dépose le vélo avec aucune idée d’où je me situe dans mon groupe?! J’apprendrai plus tard que j’ai le deuxième meilleur bike split du groupe…finalement bon effort à deux roues.

Power datas

Power datas

La Coursera

Même si j’ai un peu peur de ce qui s’en vient, car j’ai peur d’en souffrir un coup sous cette dure température, ma transition est rapide et déjà je suis galopant sur le parcours. Optant pour la casquette et non mon habituel bandeau Skechers afin de me protégé au max du puissant soleil.

 

Je prends surement de la sagesse, car aujourd’hui je ne suis pas complément overpace en sortant du parc à vélo, mais tout juste sous les 4:00/km. Ça m’aide à me mettre dans le coup et laisser un peu de temps de prendre la position verticale.

 

Les premières bosses sont difficiles, mais on connaît tellement le parcours et la foule aide beaucoup à gravir les obstacles. Tout vas bien pour ce départ et la chaleur ne me dérange pas tant que ça (à date entk). Je me sens flyer en me comparant aux autres coureurs que je double, mais ma montre me dis prudent au pace de 4:05/km. Je crois que cette vitesse est parfaite pour le moment et me permet de ne pas over heater le moteur et éviter (ou du moins repousser) l’explosion à plus tard.

 

Tout juste avant mon entrée sur le long stretch du petit train du nord, Coach Bart est à vélo et me cris :

Allez JP, tu es 3e off the bike!!!

On the run. Credit: Ironman

On the run. Credit: Ironman

Oh My God, je ne m’y attendais pas! Je lui envoie la main et me dis que je dois absolument sécuriser cette position sur le podium. Ça m’a beaucoup aidé à garder le focus et rester hyper mindé. Si je tiens bon et aucun coureur en feux n’approche, j’aurai ma place sur le podium! Je crois qu’à ce moment j’augmente ma vitesse sous les 4:00/km sur la portion flat mais dois subitement raccourcir la foulée car mon ischio droit me lance des signes de possibles crampes.

 

Svp tiens bon...tiens bon...

 

Je me drop des glace dans le top, dans les shorts et toujours quelques morceaux dans les mains. Je bois de tout, peu importe ce qui passe, mais je veux du frais! Je me sens faiblir autour du 13e kilo, il me reste encore un bon bout à faire. À ce moment je ne cherche même pas à savoir où est le gars en 2e place, je veux juste en finir, puis je croise les doigts que personne ne me reprenne.

Pace Graph

Pace Graph

Je fade et je ne regarde même plus ma montre, je ne fais que me concentrer à pousser fort et contrôler mon foutus ischios en respirant profondément. Le retour vers le village est killer avec ces quelques bonnes cotes, mais je sais que j’y suis presque alors je garde le focus afin d’attaquer LA FINALE que je déteste tant…

La montée dans le village est violente et quelle bonne façon de faire sauter une moyenne, mais bon elle passe mieux que l’an passé et j’en suis déjà à la longue descente de la gloire vers le finish line!

 

Je crois avoir bien géré ma course considerant les conditions comme je termine au pace moyen de 4:16/km, tout juste en haut de 1h30.

Over & Cooked! Crédit: Ironman

Over & Cooked! Crédit: Ironman

Overall

Je suis TOASTÉ à l’arrivée, tout ce que je veux est mon Coke glacé…je me sens pas mal faible, mais une fois que le liquide brun est callé, je reprends rapidement mes sens.

 

Pour le reste, très honnêtement je m’en fou ben raide, ais-je réussis à conserver mon spot? C’est quoi mon temps final? Don’t know don’t care, je veux juste aller trouver ma blonde et ne plus bouger pour un moment. Je me sens satisfait, même si je n’ai pas eu la journée espérée côtés temps, car je sens que j’ai tout donné.

 

En arrivant à l’hôtel, je vois mon cell beeper sans arrêt et j’apprends alors que je terminerai 1er dans mon nouveau groupe d’âge! Ce qui vient me réjouir, mais surtout me prouver que ce n’était pas une journée idéale pour aller vite (mise à part pour Lionel Sanders…).

 

Sur papier mon temps de 4h28 est décevant, mais me confère le 32e rang overall et la plus haute marche du podium de mon age group, alors je l’oublierai vite ;)

Il y en aura d’autres, je sais sur quoi travailler, alors la saison est jeune pour apporter des modifications et ajustements.

Race Report : 70.3 Mont-Tremblant 2016

Merci à coach Bart pour le training et le support, à ma fan#1 et fantastique partner Sarah, aux membres de Team Elite BartCoaching, tous les autres BC ainsi que tous les finishers 2016, puis finalement à nos supers sponsors :

 

BartCoaching,

Skechers Performance,

Enve,

Garneau,

Compressport,

Smith,

Xact Nutrition,

Techno Cycle,

HUUB Design,

Momentum Solution Vélo,

Remise à Zéro,

Broken 7,

Beet It sport,

Rotor bike components.

Thanks again Bart!

Thanks again Bart!

commentaires

Haut de page