Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Premier Triathlon...Mont-Habitant

par JP Leclerc 22 Juillet 2011, 08:35 Triathlon

Triathlon du Mont-Habitant

 

lgMtHabitant_ev.JPG

 

Voilà ma toute première expérience en triathlon est complétée !

Plus tôt que prévu, car selon les plans, je ne croyais pas commencer le triathlon avant l’année prochaine. Mais la vie à fait en sorte que le tout fut devancé et tan mieux car je serai meilleur et ce plus rapidement !

Il y a maintenant 6 mois que je pratique la natation et j’adore ca, même si c’est un sport extrêmement difficile. Athlétique ou pas, tout est dans la technique et la pratique. J’ai décidé, comme bonne résolution de 2011, de m’inscrire à la piscine du parc Olympique, car elle m’offrait une proximité ainsi que des plages horaires intéressantes. Me disant que le plus tôt je commence, le meilleur je serai au moment où je commencerai le triathlon, rêve que je caresse depuis mes débuts en course à pied. Étant en plus un super bon entrainement de crosstraining pour un coureur durant les journées OFF, je n’y voyais que du positif. Donc, afin de peaufiner ma technique et me faire une bonne base dans cette discipline, à raison de 4-5 fois semaine, je nageais des longueurs à pace constant. Je suis passé en quelques semaines à peine de je-panique-et-m’accroche-au-bord-apès-25m à je-suis-bien-et-mon-Dieu-j’ai-pris-de-la-vitesse. J’y suis devenu accro assez rapidement et ma progression fut fulgurante. Simplement en lisant et avec les vidéos sur youtube, j’ai travaillé la technique du mieux que j’ai pu. Il est très dur en plein hiver de se lever à 5h du mat et d’aller se jeter dans l’eau, mais la sensation après l’effort en vaut la peine !

 

L’achat du vélo fut le point d’exclamation, et en impulsif que je suis, je me suis aussitôt inscrit au duathlon de Sorel-Tracy et au Triathlon du Mont-habitant. J’ai mis beaucoup de temps sur le vélo, mais je savais que je n’aurais aucune difficulté dans cette discipline avec mon background de vélo de montagne (pi avec l’aide de mes grosses cuisses aussi !) Avec grand plaisir, j’ai tombé en amour avec ce sport.

Donc, le 12 juin dernier, le grand jour arriva et j’ai participé au Triathlon sprint du Mont Habitant, de la série de courses Sport Triple. http://www.sportriple.com/indexA.shtml Les distances à parcourir étaient de 700m de nage, 25km de vélo suivi d’un petit 8km de course. Du gâteau quoi ! Bien laissez-moi vous dire que ce fut un départ désastreux, mais une belle reprise m’a permis de sauver la journée et d’en arriver à un final super. Le départ vers Saint-Sauveur s’annonçait pluvieux et plutôt frais…rien de bon pour la nage mais on porte le wetsuit, donc c’est moins pire.

 

J’enfile donc la fameuse combinaison isothermique ou wetsuit, je me sens un brin coincé…même que je devrais dire que je me sens pas mal tight.

Après un gros 30 secondes de warmup dans l’eau extrêmement froide du petit lac, le signal de départ retentit. Je suis sur la ligne à l’avant, entouré d’hommes vêtu de caoutchouc. Je cours et m’enfonce dans l’eau glaciale, je saute et commence à nager en enragé. Mes pulsations sont grimpées à 200 après 150m, je mange des coups sur les mollets et les bras et quand je veux respirer, les vagues et remous m’empêche de souffler. Bam ! Je me mets aussitôt à nager la brasse, mais j’ai tout de même de la difficulté à respirer…le wet me serre trop, je ne l’ai porté que 3 minutes en l’achetant…erreur. Je n’ai pas d’air!!! Incapable de reprendre la nage en crawl pour plus que 10 coups de bras, je suis maintenant en mode panique. Manque d’air total, brulé physiquement car je dois nager la tête hors de l’eau afin de me diriger, je combats pour survivre. J’ai peur de me noyer et je passe à moins de un poil de lever mon bras afin que le petit bateau vienne me chercher. Mais je me dis sans cesse que c’est impossible que je lâche ! J’ai encore 10 minutes à tenir et après je tombe dans mon élément…la terre. Les gens me dépassent continuellement, même les femmes qui sont dans la 2ieme vague…humiliant, non pas car elles sont des femmes, mais bien car leur départ était quelques minutes après le notre. Mais une chance que j’ai un casque de bain et des lunettes pour me camoufler. ddwwdwd.JPG

L’enfer continu, je tente à plusieurs reprises de reprendre le crawl et quand j’y arrive, je rattrape et dépasse des coureurs. Mais ca ne dure que 5-6 strokes car je ne trouve pas mon air et je m’éloigne de la bonne direction. Je ne suis pas mauvais en piscine, mais l’eau libre est une toute autre histoire !!! Je l’ai appris de façon plutôt hardcore mettons. Donc, je ne sais comment, mais je sors du petit lac de l’enfer très content d’être sauvé mais assez arraché ! Je me rends rapidement en zone de transition 1 (nage-vélo) mais je n’ai plus de force dans les bras et j’ai toute la difficulté du monde à passer mon wetsuit au niveau de mes chevilles. La transition est une science et un sport en sois, on doit le pratiquer…mais moi je ne l’ai jamais fais…erreur.

Une fois cette deuxième peau enlevée et le casque de vélo sur la tête, je pars à courir nu pieds avec le vélo, je l’enfourche à la ligne désignée et je suis en cr!$$ ! Je pédale à fond la caisse pour reprendre le temps perdu. Ca vas bien j’ai des jambes, mais il fait plutôt frisquet. Je passe soudainement plusieurs personnes et ce, tout le long du parcours. Je me demande presque si j’y vais trop fort et que eux s’en garde pour une section plus difficile?! Au diable, je pousse encore et je remonte dans le classement. Il y a sur le parcours quelques bonnes ascensions, que je pousse assez fort, on à que 25km à faire, je peux tirer sans gros risques de me vider et de bonker. Ne me restant que 1km avant la transition 2 (vélo-course) je décide de boire un petit coup de Gatoraid durant la petite descente, afin de commencer à bien m’hydrater avant la section de course. Je clenche une bonne gorgée, quand soudainement je frappe quelque chose sur la route ! Je perds le contrôle…la gourde fly en l’air…le pied me déclip de ma pédale…je me dirige tout droit dans le fossé vers une bêche/plante/accident/bobo/crash certain. Je sens les feuilles des arbres sur mon bras (j’ai vu les arbres de proches!) Puis, le tout ce fini aussi vite que ca commencé, je suis de retour sur le bitume…wow quelle chance!

J’ai évité une grosse badluck ! mon premier triathlon aurait été un vrai désastre. Réalisant ce qui venais de ce produire, les genoux ce mettent à me claquer…l’adrénaline du moment de stress me quitte. Je reprends mes esprits et termine la portion de vélo. Ma T2 (transition 2) est sans failles. En moins de 40 secondes je suis reparti pour le 8km de course. Coach Dorys est là, toujours avec ses bons mots d’encouragement, que j’adore entendre by the way. Je serai bref sur la course car elle s’est super bien passée et surtout sans anecdotes comme durant les deux premières parties. Mes jambes étaient fraîches comme si je n’avais pas fais de vélo. J’ai encore une fois dépassé plusieurs triathlètes sur le beau petit parcours à travers la ville. Fidèle à moi-même, je pousse comme un damné au sprint final. Jean-Philippe Leclerc, tu es maintenant un triathlète !!! (Même si j’ai mal nagé, j’ai tout de même complété bon!)

 

Mon temps final est de 1:30:04, je termine avec surprise 9ieme sur 55 participants et 2ieme 30-34 ans ! On ramène une petite médaille à la maison et même que j’en ai reçu une seconde pour premier triathlon ! C’est gentils de leur pars.

 

Ma mauvaise expérience en eau libre me laisse amère et je dirais même que je n’ai plus super envie de recommencer. En fait, j’ai la grosse chienne et je suis carrément traumatisé ! Le hic…je suis inscrit au tri de Sherbrooke distance olympique…soit 2 fois plus long de nage ! OH-OH !

On verra rendu là, pour l’instant, j’ai joins dès le lundi suivant, le groupe des maîtres nageurs du Parc Olympique. Depuis, le coach Michel travaille ma technique et me sors fréquemment de ma zone de confort, ce qui recrée la sensation en compétition. Je crois que j’en suis rendu là si je veux éviter une seconde panique. Ca me stress, mais après plusieurs discussions, il semble que c’est assez normal d’avoir une première mauvais expérience. J’espère qu’ils ont raison et que je ne ressente plus jamais ca…

 

Pour ceux et celles qui veulent commencer en triathlon, voici mon analyse des erreurs commises lors de ma nage:

-Partir à fond la caisse, s’en y être habitué.

-Ne pas avoir fais des intervalles en piscine pour m’habituer à l’effort.

-Me placer dans le devant de la course. Ca stress, ca fesse, ca brasse.

-Ne pas avoir nagé en eau libre

-Par le fait même, ne pas avoir nagé avec le wetsuit.

 

Nage: Catastrophique 15:30, 31/55 total, mais 23/38 hommes…bref…pourris !

Vélo: 43:11 pour le 25km et encore une belle surprise et preuve que ca vaut la peine d’y mettre de l’effort car je suis 11ieme sur 55.

Course: Sans surprise en 31:24 et 5ieme meilleur chrono.

 dsdsadsd

Résultats complets : Ici

Nom : Triathlon du Mont-Habitant

Lieu : Mont-Habitant, Saint-Sauveur, Qc

Distance : triathlon sprint (700m nage, 25km vélo et 8km course)

Temps : 1:30:04

Classement général : 9/55

Classement groupe d’âge : 2/5

commentaires

Haut de page